Historique du Bio

Naissance de l’agriculture biologique en Europe

 

L’agriculture conventionnelle c’est a dire l’agriculture «  industrialisée » est née au lendemain de la 1 ère guerre mondiale.

Les industries chimiques spécialisées dans les nitrates servant à l’élaboration des explosifs voient dans les découvertes du baron Von Liebig (chimiste allemand du 19 ème siècle et père des engrais chimiques) une opportunité d’écouler leurs stocks et de reclasser leurs usines.

 

Pressentant les implications écologiques, économiques et sociales d’une agriculture productiviste basée non plus sur le respect des cycles naturelles mais sur des apports chimiques extérieurs, des voix contestataires s’élèvent en Europe

 

Des agriculteurs, des professeurs, des chercheurs, des médecins et des consommateurs créent à partir de 1919 les premiers courants de pensées qui mèneront  à l’agriculture biologique moderne.

 

Les hommes inspirants ces courants de pensées  s’attellent à développer des techniques naturelles afin de fertiliser les sols et de lutter contre les maladies en appliquant des techniques de préventions.

 

Quelques représentants de ces courants :

                      Raoul Lemaire

                                  (1884-1972)

                Il se consacre à l’étude du blé et est primé pour la découverte de nouvelles variétés.

Après avoir repris ses études en génétique il s’intéresse aux techniques de fertilisations naturelles et découvre les propriétés de l’algue.

Il fonde de nouvelles techniques d’agricultures naturelles avec son collaborateur Jean Boucher

     Sir Albert Howard

 (1873-1947)

              ingénieur agronome anglais il est nommé par la reine comme botaniste en Inde et directeur du centre de recherche agronomique.

Il rapporte de son voyage des techniques de compostages issus du savoir-faire traditionnel indien.

A son retour en Angleterre il ne cessera de militer pour le maintien d’une agriculture naturelle et paysanne.

 

Haut de page